L’Amour et les pensées parfumées

Aujourd’hui, j’ai envie de céder la parole à ceux et celles qui savent parler d’amour tout en campant les mots dans un univers d’odeurs.

À mon avis, cela relève de l’exploit car il est déjà ardu de simplement traduire nos impressions olfactives en termes concrets.  Il suffit de s’imprégner d’une senteur et ensuite tenter de l’exprimer dans la langue de Molière pour s’en convaincre.

Les odeurs occupent une place prépondérante, voire capitale dans l’Amour. Comme le disait Michel Serres : « On n’aime pas sans l’accord improbable des odorats ».

Du même souffle, j’aime beaucoup cette pensée toute en fraicheur et en finesse, écrite par Hafiz, un poète persan du XIVè siècle:

« Donne au vent un bouquet cueilli sur ton visage en fleurs et je respirerai l’odeur des sentiers que tu foules. »

Voici d’autres pensées sur ces odeurs qui enivrent les corps:

« (…) mais non, ne te parfume pas, le meilleur parfum c’est toi, l’exhalaison de ta propre nature ». – Gustave Flaubert

« Je connais son odeur; pas seulement les parfums qu’elle préfère; non; son odeur sienne.» – Jules Romains (poète et écrivain français).

Ces mots démontrent bien l’importance qu’ont les odeurs sur tous et chacun d’entre nous, en contexte de l’Amour. À ce propos, l’extrait du poème javanais qui suit vous illustre la fusion olfactive qui s’opère entre deux individus et qui est à la base de la relation amoureuse:

« Par le nez, nous respirons, par le nez, nous percevons le souffle de l’être aimé; nous avons le sentiment que nos âmes se mêlent .»

D’une façon plus osée, nous pourrions établir le parallèle entre les effluves qui s’échangent entre les corps de deux amants et le rapport sexuel car, selon Laurence Pfeffer, « il s’agit, avec la pénétration sexuelle, d’une des seules pénétrations possibles entre deux individus ».

Je laisse à Jean-Paul Sartre le soin de clore cet article et qui exprime bien ce qui se produit lorsque les odeurs de deux corps se trouvent entremêlées:

« L’odeur d’un corps c’est ce corps lui-même que nous aspirons par la bouche et par le nez, que nous possédons d’un seul coup, comme sa substance sa plus secrète, et, pour tout dire, sa nature. L’odeur en moi, c’est la fusion du corps de l’autre à mon corps. Mais c’est ce corps désincarné, vaporisé, resté entier lui-même, mais devenu esprit volatil ».

Une réflexion au sujet de « L’Amour et les pensées parfumées »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s